L'aide aux victimes des deux Bâle

Le centre de consultation pour les personnes victimes de violence ?

Conformément à la loi sur l’aide aux victimes d’infractions (LAVI), les personnes victimes de violence ont droit à des conseils gratuits ainsi qu’au soutien d’un centre de consultation officiel pour les victimes. Sur mandat des cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne, nous vous conseillons sur les questions sociales, juridiques, psychologiques, d’assurance, médicales et financières qui découlent de l’infraction.

Nous vous conseillons de manière compétente, gratuite et confidentielle. Nous sommes spécialisés dans les consultations sur

  • les accidents de la route et les cas de responsabilité civile
  • Délits dans l’espace public
  • Les femmes face à la violence
  • Enfants et jeunes face à la violence
  • Garçons et hommes face à la violence
  • les personnes LGBTQI* en cas de violence.

Comité directeur de l’association d’aide aux victimes des deux Bâle (VGOBB)

Denise-Blanche Gilli, présidente ;

René Broder, vice-président ;

Corina Schweighauser ;

Fred Surer ;

Elisa Marti.

La loi sur l’aide aux victimes est en vigueur depuis le 1er janvier 1993. Le 1er janvier 2009, la loi révisée sur l’aide aux victimes est entrée en vigueur.

Les victimes d’infractions ont

  • Droit au conseil et à l’information
  • Droits spécifiques dans la procédure pénale
  • Droit à une aide financière
Avez-vous été blessé(e) à la suite d’un acte criminel ? Vous avez alors droit à une consultation gratuite ainsi qu’au soutien du centre de conseil aux victimes.

Loi fédérale sur l’aide aux victimes d’infractions

Avez-vous été blessé(e) ou un proche a-t-il été blessé(e) par un acte criminel ?

A droit à l’aide aux victimes toute personne qui a subi une atteinte directe à son intégrité physique, psychique ou sexuelle du fait d’une infraction.

C’est notamment le cas pour

  • Coups et blessures, homicide
  • Vol
  • Violence domestique
  • Viol, agression sexuelle et exploitation sexuelle
  • Séquestration, prise d’otages
  • les accidents de la route ayant entraîné des blessures ou la mort

Le droit existe indépendamment du fait qu’une procédure pénale soit en cours ou que l’auteur soit identifié ou en fuite.

Les proches parents ont également droit à des conseils et à une assistance, ainsi qu’à une aide financière sous certaines conditions.